mardi 14 mai 2019

« La Nation saura que vous avez fait votre devoir » déclare le chef de l’Etat lors de la cérémonie d’hommage aux deux nageurs de combat


@DR

« J’étais prête à l’absence mais pas à le perdre » expliquait, ces dernières heures, la compagne de l’un des deux commandos marine tué dans la nuit de jeudi à vendredi au nord du Burkina-Faso, lors de l’opération entreprise pour libérer deux otages français. Elle l’a certainement redit, ce matin, dans la cour d’honneur des Invalides au président de la République lors de l’hommage national rendu aux maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Une cérémonie rendue encore plus poignante par l’accord donné par les familles à la télévision de pouvoir les filmer.  « En tête de la colonne d’assaut, deux hommes d’exception (…) défiant la mort pour sauver des vies…pour sauver la vie des nôtres » a rappelé Emmanuel Macron lors de son allocution.  « Une vie arrêtée n’est pas une vie perdue. Celui qui meurt au combat a rempli sa destinée. C’est le sens de l’engagement ! Votre exemple nous maintient à la hauteur de nous-mêmes. » Les deux militaires ont reçu, à titre posthume, la Légion d’honneur.

samedi 11 mai 2019

Otages, des questions


Les deux ex-otages français, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, étaient partis en vacances au parc national de la Pendjari au Bénin. Il s’agit de l’un des derniers sanctuaires de la vie sauvage en Afrique de l'Ouest. Sur le papier, l’aire était protégée. Sauf que la région, aux frontières du Burkina-Faso et du Niger, est située dans une zone fortement déconseillée par le ministère des affaires étrangères. Pourquoi ces deux touristes s’y sont-ils rendus malgré les avertissements ? 
En fin d’après-midi nos deux compatriotes atterriront à Villacoublay. Terrible retour, car leur guide et deux commandos engagés pour les délivrer sont morts. Leur vie, désormais et à jamais, sera marquée par ce poids.

vendredi 10 mai 2019

Deux commandos marine tués au Burkina Faso


C’était deux jeunes militaires. Cédric de Pierrepont était né en 1986. Alain Bertoncello en 1991. Ces deux opérateurs des commandos Hubert (Marine/commandement des opérations spéciales) ont été tués, cette nuit, lors d’une opération menée dans le nord du Burkina Faso afin de libérer les deux ressortissants français enlevés le 1er mai au Bénin. Une américaine et une sud-coréenne détenues par ce groupe de ravisseurs ont également été découvertes. Selon plusieurs sources, l’opération a été menée avant que les otages ne soient remis à des djihadistes au Mali.
Le maître Cédric de Pierrepont et  le maître Alain Bertoncello 
Emmanuel Macron, qui « s’incline avec émotion et gravité devant le sacrifice de nos deux militaires », présidera une cérémonie d’hommage nationale aux Invalides en début de semaine prochaine, précise l’Elysée. Le chef de l’Etat accueillera les deux ex-otages français, ainsi que l’ex-otage sud-coréenne, à leur retour en France, prévu demain à 17 heures à Villacoublay (78).

jeudi 9 mai 2019

Disparition du général Jean Delaunay

Ancien chef d’état-major de l’armée de terre (1980-83), le général d’armée Jean Delaunay est mort, hier, au Chesnay (78), à l’âge de 96 ans. Saint-cyrien de la promotion La veille au drapeau (1943), regroupée à Coëtquidan en 1945 à la Libération, au sein de la promotion Victoire, très grièvement blessé à une main en Indochine, il commanda la 10e brigade mécanisée de Reims et les écoles de l’armée de Terre. CEMAT, Il démissionna, s’étant opposé au ministre de la défense, Charles Hernu, à propos de la réduction de 10% des effectifs de l’armée de terre, et avait mis en doute l’efficacité de la dissuasion nucléaire. Grand officier de la Légion d’honneur, il avait durant sa retraite (ou deuxième section) accompagné la réinsertion de prisonniers.

mardi 7 mai 2019

65e anniversaire de la chute de Diên Biên Phù



Le 7 mai 1954, après 56 jours de combats, Diên Biên Phù tombe sous les assauts du Viêt-Minh. 1 700 soldats français et légionnaires étrangers sont morts dans la bataille, 1400 ont disparu et 70% des 10 000 prisonniers ont péri dans les mois qui ont suivi la chute du camp. A 17h, ce 7 mai, le général de Castries qui commande à Diên Biên Phù (nommé général au cours de la bataille) s’entretient par téléphone avec son supérieur, le général Cogny, commandant en chef au Tonkin (selon la transcription officielle de la conversation).
-          Castries : "La situation est extrêmement grave. Les combats sont confus et se livrent partout. Je sens que la fin approche mais nous nous battrons jusqu’au bout."
-          Cogny : "Bien compris. Vous vous battrez jusqu’à la fin. Pas question de hisser le drapeau banc…"
-          Castries : "Bien compris. Nous détruirons les canons et tout le matériel radio. Le poste radio des courants porteurs sera détruit à 17h30 et nous nous battrons jusqu’au bout… "

dimanche 5 mai 2019

Algérie. Un frère de l’ex-président Bouteflika et deux ex responsables du renseignement arrêtés

L’Histoire est souvent malicieuse. Les idéologies ou les satrapes les incarnant, alors qu’ils pensaient garder le pouvoir indéfiniment, sont parfois balayés. Abdelaziz Bouteflika, président absent, a dû quitter, sous la pression de la rue algérienne, le pouvoir alors que sa représentation, son double, envisageait de se présenter pour un cinquième mandat. Son frère, considéré comme le chef du clan, vient d’être placé sous mandat de dépôt par le tribunal militaire de Blida ainsi que deux des puissants anciens chefs du renseignement, les généraux majors Mohamed Mediène dit Toufik (également surnommé au sommet de sa puissance, Rab Dzaïr -Dieu de l’Algérie-) et son successeur Athmane Tartag, dit Bachir. Ils sont poursuivis pour « atteinte à l’autorité de l’armée et complot contre l’autorité de l’Etat. » En coulisse la maison semble, pour l’instant, tenue par le général Gaïd Salah, chef des armées qui donne ainsi des gages aux opposants. Une rustine ?

samedi 4 mai 2019

Réorganisation de la sécurité à l’Elysée


Le général de gendarmerie Eric Bio-Farina est nommé directeur de la sécurité de présidence de la République (DSPR), une nouvelle entité dont l’annonce avait été retardée par l’affaire Benalla. Il reste commandant militaire de l’Elysée. Le colonel Benoit Ferrand dirigera le groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) où il remplace le général Lionel Lavergne. Celui-ci, exposé par l’affaire Benalla, va rejoindre la direction des opérations et de l’emploi de la gendarmerie, en qualité d’adjoint selon l'Essor de la gendarmerie.

jeudi 2 mai 2019

Sortie aujourd'hui de " Moi, Oscar Ziegler, dernier compagnon de la Libération"


Nous sommes en juin 1940 à Bordeaux, Oscar Ziegler a quitté l’adolescence mais n’a pas encore atteint l’âge adulte. Il pense aussi avec intérêt aux filles qu’il désire sans oser les aborder. Il a des sentiments de jeune homme. Mais le 17 juin, l’ordinaire s’effondre... Le maréchal Pétain annonce à la radio qu’il demande l’armistice. Avec deux amis, qui comme lui ne peuvent envisager la défaite, Oscar choisit de poursuivre le combat. Mais où ? Ce livre est la chronique d’une époque pas si lointaine qui vit des jeunes gens pétris d’idéal, choisir de quitter famille, études, emploi, pays parce qu’ils refusaient la soumission nazie. Devant eux, un impénétrable avenir... 
Moi, Oscar Ziegler, dernier compagnon de la Libération (Mareuil éditions), qui sort aujourd'hui, est un roman historique consacré à l’engagement.

Moi, Oscar Ziegler, dernier compagnon de la Libération, Mareuil éditions, 19,90 €

mercredi 1 mai 2019

Décès de Bernard Dargols, le GI français d'Omaha beach

Bernard Dargols avait débarqué le 8 juin 1944 avec son régiment, la 2e division d’infanterie américaine, à Saint-Laurent-sur-mer (Omaha beach). Ce sous-officier français était né le 5 mai 1920, à Paris d’une mère anglaise et d’un père russe. Celui-ci, ingénieur en mécanique, importe du matériel américain pour l’industrie textile. A 18 ans, en décembre 1938, Bernard Dargols part pour Les Etats Unis. Son père souhaitant qu’il lui succède un jour, lui organise un stage d’un an à Cincinnati, au New Jersey et à New York. Durant le deuxième semestre de l’année 1940, alors qu’il attend d’être engagé dans les Forces françaises libres, c’est finalement l’uniforme de l’armée américaine qu’il portera après Pearl Harbor (décembre 1941). Et sera versé dans les renseignements militaires. 

@France-Amérique.com
Le 5 juin 1944, après six mois d’entraînement Bernard Dargols et son équipe (six officiers et sous-officiers) embarquent à Cardiff, à bord d’un Liberty ship. Ils débarquent trois jours plus tard à Omaha beach. Ils participent à la libération des villages de Trévières, Saint-Georges-d’Elle, Cerisy-la-Forêt, Bérigny. Le sergent-chef Dargols quitte la Normandie à la fin du mois de juillet pour la Bretagne et les Ardennes, avant d’occuper de nouvelles fonctions au sein du service de contre-espionnage : le Counter Intelligence Corps à Paris puis à Châlons-sur-Marne (aujourd’hui Châlons-en-Champagne). Il rentre ensuite aux Etats-Unis pour y être démobilisé, en janvier 1946. Marié avec Françoise, rencontrée aux Etats-Unis, il retourne ensuite en France où il reprend l’entreprise familiale. Barnard Dargols était chevalier de la Légion d’honneur. Il est décédé quelques jours avant son 99e anniversaire.

mardi 30 avril 2019

Camerone 2019


@LE
Ce matin à Aubagne (Bouches-du-Rhône), la main du capitaine Danjou était portée par le colonel (er) Loïc Corbel. Ce 156e anniversaire de la bataille de Camerone était présidée par le général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de terre. Celui-ci a remis la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs au drapeau du 1er régiment étranger. La Légion étrangère célèbre cette année, « l’esprit de sacrifice. »

lundi 29 avril 2019

Stèle vandalisée dans les Alpes

@dr/La Provence
C’est à la limite entre les départements des Alpes de Haute-Provence et des Hautes-Alpes, près de Sisteron, qu’une stèle en mémoire de deux résistants du maquis Morvan, tués durant le Seconde Guerre mondiale, a été découverte, la semaine dernière, saccagée. Le quotidien La Provence raconte que le 9 juin 1944, Albert Lieutier, 43 ans, et René Jouve, 26 ans, étaient chargés, avec une vingtaine d’hommes, de préparer l’attaque de la citadelle de Sisteron. Arrêtés par les Allemands, les deux maquisards ont été arrêtés et tués sur le chemin de la Marquise, au Virail, sur la commune de Ribiers. 

samedi 27 avril 2019

Le général de Gaulle et les décorations




Les plus anciens pensaient que tout avait été écrit sur le général de Gaulle, depuis soixante-quinze ans. Nous estimions, en effet, tout savoir tant la production avait été immense. Pourtant, cet ouvrage permet d’explorer une voie plutôt inédite, les décorations. Bien sûr, Charles de Gaulle a d’abord été décoré à titre militaire puis comme chef de l’Etat. Mais nous lui devons plus. Dans les années de basses eaux, ne disposant pas de la Légion d’honneur, il a créé la croix de la Libération (1940), la médaille de la Résistance française (1943) puis vingt ans plus tard, l’ordre national du Mérite. En outre, il a très vite compris que les décorations constituaient un allié efficace pour qui sait les utiliser dans le cadre d’une politique étrangère ambitieuse. Emmanuel Macron qui a signé la préface de ce livre, ne dit pas autre chose. Le président de la République écrit que « ce n’est pas seulement une certaine idée de la France qui se tisse au fil des lignes. Mais une idée française du monde (…) Tel est le dessein des médailles.» Cet ouvrage dirigé par Anne de Chefdebien, Yom Dutheil et Vladimir Trouplin est un travail d’orfèvre.
Une certaine idée de la France et du monde, éditions Peter Lang, 352 pages, 34,95 €

dimanche 21 avril 2019

Julian Alaphilippe, l'armée sa bonne étoile

@armée de terre

Dans un communiqué du 7 novembre 2012, le ministère de la défense se réjouissait de la 3e place de Julian Alaphilippe aux championnats d’Europe de cyclo-cross qui venaient de se dérouler à Ipswich (Grande-Bretagne). Un bon résultat pour le soldat du 121e RT (régiment du Train) qui, deux mois auparavant, s’était fracturé l’omoplate. Dans sa jeune carrière cycliste, l’armée de Terre avait constitué « une bouée » pour le coureur, car les clubs ne se précipitent pas pour le faire signer. Ses bons résultats avec l’équipe militaire (2011-12), sa marge de progression font que des équipes professionnelles s’intéressent alors à lui. Passé professionnel, il séduit. Malgré une victoire au tour de Californie en 2016 et deux ans plus tard au tour de Grande-Bretagne, ses employeurs Quick Step attendent plus de lui. Il est très souvent classé, pas assez souvent gagnant. Inversion en 2019. Le voilà n°1 au classement mondial, après ses victoires italiennes 2019, dans la Strade Bianche et dans Milan-San Remo. Son frère Bryan, qui vient de passer professionnel, a vécu l'arrêt de l'équipe de l'armée de Terre en 2017.

mercredi 17 avril 2019

Le général Georgelin « Monsieur reconstruction » de Notre-Dame



@DR
Même s’il n’a pas été tendre avec Emmanuel Macron lors de la crise avec son chef d’état-major, Pierre de Villiers en 2017, le président de la République a choisi ou avalisé le choix du général Jean-Louis Georgelin, pour surveiller la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. La décision a été annoncée, ce matin, en conseil des ministres. Agé de 70 ans, connu pour son franc-parler, ce haut-garonnais a été chef d’état-major particulier du président Chirac (2002-2006), puis chef d’état-major des armées (2006-2010). Il est ensuite devenu grand chancelier de la Légion d’honneur jusqu’en 2016.