Disparition du dernier membre du Normandie-Niemen



André Peyronie, dernier survivant du « Normandie-Niémen » est décédé mardi à Anse (Rhône). Il était le dernier survivant du régiment Normandie Niemen, une unité de chasse créée en 1942 pour se battre au côté des Soviétiques (décorée de la croix de la Libération).
Fils de mineur, né en 1920, André Peyronie s’engage dans l’armée de l’air en février 1939. Il sert au 109 ème bataillon de l'Air de Tours et obtient ensuite son brevet de mécanicien à l'école de Rochefort.
Affecté à Salon-de-Provence, puis à Châteauroux, il participe à des actions de sabotage pour empêcher que des avions français ne tombent aux mains des Allemands. Il a 20 ans lorsqu’il décide de rejoindre le général de Gaulle. Homme de courage et d’abnégation, devenu mécanicien avion à Ivanovo (à 250 km nord-est de Moscou), il aurait eu cent ans en février 2020. Chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire et officier de l’ordre national du Mérite, le sergent-chef Peyronnie était décoré de l’ordre russe Alexandre Nevski.

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944