dimanche 24 mars 2019

De l’EPHAD à l’armée



Kompaï ? 1m30, 40 kilos. Le compagnon en langue basque. Trop petite taille pour être soldat. Mais pas pour l’épauler. Kompaï est un robot d’assistance pour personnes dépendantes. Ses « employeurs » potentiels sont les EPHAD. Kompaï  est destiné à accompagner les personnes à mobilité réduite. Cette expertise de la société Kompaï robotics (ex-Robosoft) en matière d’intelligence artificielle intéresse l’armée. L’entreprise basée à Bidart (64) travaille avec Safran Electronics & Défense sur la conception d’équipements robotiques destinés à assister le fantassin. « Nous ne vendons pas la totalité de notre technologie, de nos expertises. Nous les mettons en partie au service de clients en répondant à des demandes spécifiques » précise l’un des dirigeants de la société, cité par le quotidien Sud-Ouest.

lundi 18 mars 2019

Dégradations


La plaque commémorative dédiée à Xavier Jugelé, le policier abattu par un terroriste en avril 2017 sur les Champs-Elysées à Paris, a été dégradée samedi lors de l’acte XVIII des « gilets jaunes ». Un rassemblement est prévu demain. 
@SMLH
Il y a huit jours, c’est la stèle de la Légion d’honneur située à Pontivy, dans le Morbihan, qui avait été vandalisée.

jeudi 14 mars 2019

50e anniversaire pour le CNEFG de Saint-Astier




Des noces d’or célébrées en présence de Christophe Castaner. Le ministre de l’intérieur sera, en effet, présent demain à Saint-Astier (Dordogne) pour célébrer le 50e anniversaire du Centre national d’entrainement des forces de gendarmerie. Depuis 1969, s’y entrainement au maintien (rétablissement) de l’ordre, des officiers élèves et des élèves sous-officiers de gendarmerie, les 108 escadrons de gendarmerie mobile (EGM) ainsi que des détachements de la Garde républicaine. Soit 13 à 15.000 stagiaires par an.
Dans le domaine de "l'intervention professionnelle" y font des séjours les militaires de la gendarmerie départementale, de la gendarmerie mobile et de la garde républicaine "afin qu'ils agissent, dans le cadre du service quotidien, en toute légalité, sécurité et efficacité" précise-t-on au commandement de l’école.
Le CNEFG a également développé des formations à l’intervention "en interministériel" au profit des agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), des ERIS (administration pénitentiaire), de la SUGE (Surveillance générale de la SNCF), des magistrats et des auditeurs de justice. A la gestion de crise pour les chefs d’établissement scolaire et au maintien de l’ordre pour  les préfets. Des stagiaires étrangers fréquentent également le CNEFG, à titre individuel ou collectif.

mercredi 13 mars 2019

59 sémaphores le long des côtes


 
Le sémaphore de Penmarc'h (Finistère) a été construit en 1862 (@DR)
Sûreté du trafic maritime, surveillance des approches, lutte contre la pollution et les trafics illicites, appui pour les opérations de sauvetage, ces sémaphores répondent aux missions de la Marine pour toutes les opérations côtières. Au nombre de 59, on en compte 14 le long de la Manche et de la mer du Nord (de la frontière belge à la baie du Mont Saint-Michel), 26 face à l’Atlantique (de la baie de Saint-Malo à la frontière espagnole), 19 le long de la Méditerranée (de la frontière espagnole à la frontière italienne et en Corse.)

dimanche 10 mars 2019

Les futurs chefs de corps de la Légion étrangère


Cinq régiments métropolitains et deux stationnés outre-mer changeront de chef cet été. Au 1er REG (Laudun-l’Ardoise, Gard), c’est le lieutenant-colonel Antoine Fleuret qui assurera, pour deux ans, le commandement. Le deuxième régiment de génie de la Légion étrangère, le 2e REG (Saint-Christol d’Albion, Vaucluse) est également concerné. C’est le colonel Antoine Faurichon de La Bardonnie qui a été désigné. Le colonel Nicolas Meunier a été nommé à la tête du 1er REC (Carnoux, Bouches-du-Rhône). Le lieutenant-colonel Thibault Capdeville sera le patron du régiment de formation, initiale et continue, de la Légion à Castelnaudary (Aude, 4e RE). Quant au 1er RE (Aubagne, Bouches-du-Rhône), c’est le lieutenant-colonel Jérôme Clée qui le dirigera, à partir d’août prochain.
Outre-mer, le chef de corps du DLEM (Mayotte) sera le lieutenant-colonel Hugues Latournerie. En Guyane, c’est le lieutenant-colonel Amaury Poirier-Coutansais qui commandera le 3e REI (Kourou).

mercredi 6 mars 2019

L'armée algérienne et l'élection présidentielle du 18 avril


 
@MDN

Retraité, le général Gedhiri avait, il y a quelques semaines, mis en garde contre un cinquième mandat du président algérien Bouteflika. S’attirant aussitôt les foudres d’un « décideur », le vice-ministre de la défense et patron des armées, le général Ahmed Gaïd Salah. Lors d’une visite à Mers-el-Kebir, celui-ci avait étrillé « certains individus et parties mus par des ambitions démesurées et animés par des intentions sournoises. » Craignait-il une candidature de son ex-subordonné à la présidentielle ? Ali Gedhiri l’a toutefois déposée dimanche mais rebondissement à l’algérienne, son directeur de campagne a démissionné aujourd’hui.
Pour l’instant l’armée algérienne est calme. « L’Armée nationale populaire (ANP) restera toujours le gardien loyal des intérêts suprêmes de la patrie » expliquait, hier, le général de corps d’armée Gaïd Salah, lors d’une visite d’inspection à l’académie militaire de Cherchell. Mais l’institution, comme les dirigeants algériens, ont été surpris de la réaction de la rue à la candidature du président fantôme à sa succession. Les « décideurs » semblaient si sûrs de leur fait que l’éditorial du dernier numéro d’El-Djeich la revue mensuelle de l’ANP (février 2019), commençait ainsi : « Dans le climat de stabilité que connait notre pays… »