mercredi 26 juillet 2017

Le général Mistral au Sénégal

Le 1er août prochain, Denis Mistral changera de statut. L'ancien chef de corps du 4ème Régiment étranger (RE, Castelnaudary, Aude) deviendra officier général. Et prendra le commandement des Eléments français au Sénégal. Il remplacera le général Pascal Facon qui part diriger à Paris, le Centre de doctrine et d'enseignement du commandement (CDEC).
Composé de 350 militaires (interarmées), les EFS soutiennent les unités de l'opération Barkhane et mènent des actions de coopération opérationnelle régionale (instruction et d’entraînements) avec les 15 pays de la CEDEAO et la Mauritanie.

mardi 25 juillet 2017

Le général de Saint Chamas gouverneur des Invalides

Le successeur du général Ract-Madoux est aujourd'hui connu. Il s'agit du général de corps d'armée Christophe de Saint Chamas, qui a dirigé la Légion étrangère de 2011 à 2014. Celui-ci a, ensuite, assuré jusqu'à ces dernières semaines, son dernier commandement à Rennes (zone de défense et de sécurité Ouest, 20 départements). Le président de la République a donc choisi l'ancien COMLE pour succéder à Bertrand Ract-Madoux, qui avait quitté les Invalides pour participer à la campagne des législatives dans la 1ère circonscription de la Drôme. Où il a été battu.
Membre de droit de l'institution nationale des Invalides, le gouverneur, nommé pour cinq ans, représente le chef de l'Etat, "protecteur des Invalides" auprès des pensionnaires et blessés militaires, hospitalisés. "Il leur témoigne, en toutes circonstances, la reconnaissance de la  nation pour ce qu'ils ont donné à la France" explique le général d'armée Hervé Gobilliard, gouverneur des Invalides entre 2002 et 2009.

lundi 24 juillet 2017

Du 2ème REI à Matignon et l'Elysée

Le général Benoît Durieux a commandé le régiment entre 2008 et 2010. Le voici chef du cabinet militaire du Premier ministre. Il succède à François Lecointre, nommé, mercredi, chef d'état-major des armées. Benoît Durieux, avait retrouvé, à l'été 2016 Nîmes, où il commandait la 6ème Brigade légère blindée (BLB). L'actualité le ramène donc à Paris au bout d'une seule année dans le Gard.
Le colonel Valéry Putz a été le chef de corps du régiment légionnaire de 2014 à 2016. Il deviendra le 1er août, adjoint terre à l'état-major particulier du Président de la République. Cette dernière année, il était au Centre des hautes études militaires (CHEM).

dimanche 23 juillet 2017

Macron-Villiers et autres caractères

Je suis rentré ce matin d’Afrique. Bien loin donc des changements survenus à la tête des armées. Avec le recul géographique mais aussi celui, volontaire, du commentaire.
Le général de Villiers a été l’homme qu’il fallait à la tête de l’institution militaire, ces dernières années. Dans une fonction complexe, dans laquelle il faut gérer l’acquis, anticiper donc gouverner c’est-à-dire faire face à l’ogre de Bercy. Chiche en moyens supplémentaires. Mais un ministère des finances qui, ne l’oublions pas, est dans son rôle. Même si c’est celui du méchant. Au Parlement de se prononcer ensuite, sur le budget. Avec tout cela, il faut au CEMA, mettre en musique, le plus vite possible, les décisions de l’exécutif. Depuis longtemps, l’institution militaire répond efficacement à la commande. Ce que chacun mesure notamment dans les opérations extérieures et intérieures.
Prenons maintenant le problème qui a opposé le chef à son subordonné. Que celui-ci soit très mécontent d’apprendre la disparition de 850 millions d’euros est logique. Naturel ! Qu’il le manifeste, dans une enceinte nationale, fût-ce à huis clos (c’est comme le off, plus personne ne le respecte) via une saillie triviale n’est pas la meilleure idée de l’année.
Qui, d’entre nous, civil ou militaire, ne tousserait pas (l’intensité de la crise dépendant de notre caractère), si l’un de nos collaborateurs que l’on vient tout juste de maintenir en fonction alors qu’il devait quitter l’organisation que nous dirigeons, lançait un tel propos. Prendre en compte les mots du général de Villiers est indispensable pour comprendre ceux du chef. Qui a réagi à la mesure de l’affront qu’il estimait avoir subi. Impulsivement. Essayer, depuis, de caresser l’armée dans le sens du poil fait un peu penaud. Bienvenue au général Lecointre !

samedi 15 juillet 2017

La tournée de la MLE

La Musique de la Légion étrangère affiche un calendrier 2018 chargé. Avec une tournée entreprise avec le Bagad de Lann-Bihoué, la fanfare de la Garde républicaine et le choeur de l'armée française. Un programme de trente minutes pour chaque musique et un final regroupant les quatre formations. Douze villes au programme (dont Lille, Nantes, Rennes, Lyon, Dijon, Strasbourg...). Première date, le 27 janvier au Palais des congrès à Paris.

vendredi 14 juillet 2017

La 13 et le 13 juillet

Les colonels Percie du Sert et Goujon (@HW)
Rencontre, hier, au Sénat où se déroulait la traditionnelle prise d'armes de la Légion étrangère du colonel Arnaud Goujon et du colonel Guillaume Percie du Sert. Le premier a commandé la 13ème Demi-brigade de Légion étrangère entre 2015 et 2016 et effectué le retour en France du régiment. Le second lui a succédé au Larzac. Le colonel Goujon est resté aux Emirats Arabes Unis où il assuré la recréation du 5ème cuirassiers (5ème RC). Il rentre en France et sera remplacé à Abu Dhabi par le lieutenant-colonel  Arnaud de Laforte qui fut commandant de l'escadron de reconnaissance de la 13 à Djibouti.

jeudi 13 juillet 2017

Prises d'armes de la Légion au Sénat

Le général Jean Maurin passant en revue les légionnaires du 4ème RE (@HW)
Cette prise d'armes se déroule tous les 13 juillet dans les jardins du Sénat (Paris). Autour de la Musique et ses cinquante quatre musiciens et, bien entendu, du régiment qui descendra les Champs-Elysées, le lendemain. Cette année, il s'agit du 4ème Régiment étranger (RE, Castelnaudary, Aude). 109 jeunes légionnaires récemment formés pour la plupart, qui clôtureront, demain en fin de matinée, le défilé à pied derrière les pionniers du 1er Régiment étranger (RE) et la MLE. "Au 4ème Etranger" a expliqué dans son ordre du jour le général Maurin, commandant la Légion, "j’exprime toute ma gratitude pour sa part majeure dans la pleine réussite de la participation de la Légion étrangère à l’objectif de déploiement d’une force opérationnelle projetable de 77 000 militaires, décidée par le Président de la République en 2015." Le régiment a, en effet, absorbé ce surplus d'engagés volontaires et formés des cadres chargés d'encadrer les néo-légionnaires. "La Légion étrangère, en trois ans, a créé douze des trente-trois unités élémentaires supplémentaires de l’armée de Terre, et fourni ainsi près du tiers de l’effort national " a précisé le COMLE.
Ce rendez-vous est l'occasion de remise de décorations. Parmi les récipiendaires, le major Charpentier, 42 ans de présence (plus ancien matricule de l'institution) qui a été fait chevalier de la Légion d'honneur par son ancien chef de section à Kolwezi, le général Benoît Puga, actuel grand chancelier de la Légion d'honneur.


@HW
Parmi les récipiendaires également (officier de la LH), les colonels Ozanne (chef de corps 2ème REI, 2012-2014), O'Mahony (n°2 de la LE), Putz (commandant le 2ème Régiment étranger d'infanterie 2014-16)
@HW
Cette prise d'armes a été l'occasion d'une remise de képis blancs à 57 engagés volontaires.


@HW