In memoriam, Andreï Jouk

@ministère des armées
Le sergent-chef Andreï Jouk qui a trouvé la mort au Mali, hier soir, s’était engagé à la Légion en janvier 2008. A l’issue de son instruction, ce légionnaire d'origine biélorusse, avait rejoint le 2e Régiment de génie (Saint-Christol, Vaucluse). Sapeur d’assaut, il avait, en 2016, suivi une formation d’une année, de commando montagne (section de recherche et d’intervention offensive). Il avait à ce titre été projeté, à plusieurs reprises, dans la bande sahélo-sahélienne. Il avait, également, servi en Afghanistan dans le cadre de l’opération Pamir. Andreï Jouk était marié et père de quatre enfants.

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944