Livre "Albéric Vaillant ou la passion de la Légion"



La biographie de Michel Tirouflet, "Albéric Vaillant ou la passion de la Légion" (Nuvis) a le grand mérite de rappeler le rôle joué par cet officier dans l'histoire de l'institution. Parce qu'il contribua, notamment, avec Pierre Messmer, après le putsch des généraux en Algérie, à ce que la Légion ne fut pas dissoute par le général de Gaulle. Seule, une unité symbolique l'a été, le 30 avril 1961, le 1er REP.  
Lorsqu'à la veille du putsch des généraux en Algérie, Albéric Vaillant prend, dans un contexte extrêmement compliqué, le commandement du 1er Régiment étranger (ce qui fait alors de lui le patron de la Légion), il démontrera "sa grande capacité à maitriser les événements." C'est ce qu'ont expliqué, hier soir, à l'amphithéâtre Austerlitz, à l'hôtel national des Invalides (Paris), l'auteur de l'ouvrage, Michel Tirouflet, et le général Michel Guignon dont la carrière militaire débuta en Algérie (qui intervint par téléphone).
Le général Albéric Vaillant, fils de médecin (1915-2011), affecté à la veille de la déclaration de guerre sur la ligne Maginot, eut une carrière exemplaire. Huit ans après sa disparition, il reste une personnalité de la Légion étrangère et un homme profondément respecté.

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944