Disparition de Suzy Delair


 
Suzy Delair et Pierre Fresnay, "L'assassin habite au 21" (DR).
Notre actualité est unique actuellement. Une pandémie et ses conséquences incalculables. Alors, toutes les autres informations, sont forcément inconsistantes. C'est la règle. C’est pourtant de l’une d’entre elles dont je voudrais vous entretenir dans ce post. Il s’agit d’un visage qui vient de disparaitre et que seuls, certainement, les plus de cinquante ans ou les passionnés du cinéma connaissent. Celui de Suzy Delair, qui vient de mourir à l’âge de 102 ans. Née un 1er janvier, en 1918, chanteuse, danseuse, comédienne, sa carrière d’actrice prendra vraiment son envol durant la Seconde Guerre mondiale avec notamment le rôle de Mila Malou, tant dans Le Dernier des six de Georges Lacombe (1941) que dans L’assassin habite au 21, réalisé par Henri-Georges Clouzot (1942), aux côtés de Pierre Fresnay. Deux longs métrages produits par les Allemands de la Continental. Qui en finança trente sur les deux-cent vingt tournés pendant l’occupation.
Suzy Delair ne se contenta pas des plateaux, elle fit avec d’autres, comme Danielle Darrieux, le voyage à Berlin pour la sortie de Premier rendez-vous d’Henri Decoin. Elle dîna avec Joseph Goebbels, le ministre de la propagande nazie. Et fut frustrée de ne pouvoir lui serrer la main. A la libération, les comités d’épuration la sanctionnèrent : trois mois d’interdiction de tournage, une interdiction d’enregistrer des disques. En 1947, Clouzot lui donna son meilleur rôle, celui de Jenny Lamour, dans Quai des orfèvres, avec Louis Jouvet, Bernard Blier et Simone Renant. Suzy Delair tourna pourtant ensuite peu… Elle s’en était plainte en 2012, dans une interview au Point : « On me fait trop rarement travailler. Sans doute me fait-on payer à la fois de ne pas appartenir à des chapelles, les aventures masculines auxquelles j'ai parfois sacrifié ma carrière, et surtout, mon refus de flirter quand il aurait fallu le faire ? ». La doyenne des actrices françaises était officier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite.

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944