Pendant ce temps, l'Europe de la défense...


Le 16 septembre 2015, le colonel administrateur militaire (e. r. Jean Marsia), ancien directeur de l'École royale militaire de Bruxelles, nous l’affirmait catégoriquement : « une vraie défense européenne s'impose et ne passera que par la création des États-Unis d'Europe », conformément aux conclusions de la thèse qu’il venait de soutenir. Dans la foulée, cet ancien conseiller défense du Premier ministre belge Elio Di Rupo a fondé l’association internationale Société européenne de défense qui rassemble des citoyens européens désireux de travailler à la relance de l'Europe politique et de l'Europe de la défense. Il récidive dans un long plaidoyer "Depuis le onze novembre 2018, l’armée européenne occupe le devant de la scène !" publié par Agefi Luxembourg. 
Pour lui, "dans un monde de grandes puissances de plus en plus brutales, de moins en moins respectueuses du droit international et soucieuses du multilatéralisme, l'Europe n'a pas d'autre choix que de devenir enfin une puissance, faute de quoi elle ne sera plus que le magasin de porcelaine où lutteront ces éléphants. C’est déjà en partie le cas et cela ne peut que s’aggraver si nous ne faisons rien, ce qui est tentant pour les pusillanimes, car l’entreprise est ardue : les questions de défense sont chargées de symboles, plus encore que la monnaie. M. Macron et Mme Merkel s’entendent pour en parler, mais pas pour agir. Il appartient à leurs électeurs de les obliger à sortir du flou artistique, à prendre les mesures adéquates pour concrétiser leurs déclarations d’intentions. Le succès de l’euro, grâce à la Banque centrale européenne, notre seule institution fédérale, doit toutefois nous inciter à poursuivre nos efforts en vue de donner à l’Europe l’outil dont elle a besoin : une structure fédérale." 

Article à lire dans son intégralité : www.seurod.eu (page publications – presse) 

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944