Lettre de Calédonie

L’établissement nouméen porte bien son nom : Le bout du monde. Plusieurs soirs par semaine des groupes s’y produisent. C’est le cas ce vendredi soir (1). Dans ce doux hiver finissant, la Nouvelle-Calédonie est entrée en week-end. Pour les Calédoniens d’origine européenne ce sera peut être demain, ballade en mer pour les uns ou en brousse pour les autres. Certains Canaques rentreront, eux, dans leurs tribus.
En fin d’après-midi, le président du gouvernement local (anti-indépendantiste) a menacé de démissionner. Le président du Congrès (indépendantiste) pense lui a une OPEP du nickel. La France, comme on appelle communément, dans les tous les milieux, la métropole est à 20.000kms. Une intervention en Syrie ? Une préoccupation d’Européens ! Ici on est en Océanie. Demain, le quotidien du territoire, les Nouvelles Calédoniennes, parlera certainement des membres des forces spéciales australiennes suspectés d’avoir sectionné les mains d’insurgés en Afghanistan. Et puis surtout les medias s’intéressent aux mini- jeux du Pacifique qui vont débuter à Wallis. La Syrie ? « C’est pas l’Orient compliqué dont parlait de Gaulle ? », s’interrogeait tout à l’heure un caldoche venu prendre son bain quotidien, baie des Citrons que je tentais d’intéresser au sujet…


(1) Le décalage horaire est actuellement de + 9h

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944