Victor Ferreira, la Légion dans la peau

Lorsqu'il a appris, en milieu de matinée, l'abdication du roi Juan Carlos, Victor Ferreira se trouvait dans les ruelles du centre d'Alicante, ville où il réside désormais. Aussitôt, il a appelé un ami espagnol qui lui a expliqué les raisons de cette décision. Quelques secondes auparavant, Victor parlait de la Légion à des visiteurs. De ses projets. Un deuxième livre ? A nouveau sur les tatouages ? Victor est resté évasif. 



Victor ? " A la Légion, chez les anciens la moitié le connait, l'autre moitié à entendu parler de lui ! " affirme un sous-officier. Le jeune Ferreira de nationalité portugaise s'est engagé en 1984. L'adjudant-chef-Ferreira, de nationalité française, a quitté l'institution en 2007. Avec des dizaines de projets. Comme cet ouvrage sur les tatouages légionnaires La Légion dans la peau (La compagnie littéraire) qui vient de sortir. 
Pourquoi parler des tatouages ? Parce qu'on est soi-même  tatoué ? Non, l'encre n'a pas servi à raconter, sur son corps, un épisode de sa vie. S'il a choisi de les photographier c'est uniquement pour comprendre ce mode d'expression. Et l'expliquer. La mission a été remplie !
Aujourd'hui, en ce début d'après-midi, Victor, une fois rentré à son domicile, a suivi les analyses politiques de la télévision espagnole. "Connaissez-vous le prince des Asturies qui va succéder au roi ?" demande-t-il à ses visiteurs.

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944