La 13ème DBLE au Larzac

L'information fait, ce matin, les unes de la presse. La 13ème Demi-brigade de la Légion étrangère devrait s'installer, à partir de l'été 2016, au camp du Larzac. Stationnée depuis 2011 aux Emirats arabes Unis (EAU) ce régiment prestigieux, pilier en 1940 de la France libre (et à ce titre régiment Compagnon de la Libération), va connaitre là une évolution digne de ce qu'il fût. 
Depuis son départ de Djibouti en 2011, dans des conditions sur lesquelles nous reviendrons, et son arrivée à Abou Dhabi, la 13 ne comportait plus que 56 permanents, renforcés par des éléments tournants.
Comme nous l'évoquions dans un post du 13 juillet, son reformatage était à l'étude depuis plusieurs mois. Avec un retour en France métropolitaine. Plusieurs sites d'accueil ont été examinés. C'est finalement le camp du Larzac -qui s'étend sur le territoire de deux communes du sud de l'Aveyron, La Cavalerie (la bien nommée) et pour une petite partie, Millau- qui a été retenu. Un lieu où la contestation antimilitariste s'exprima dans les années 70, afin de protester contre l'extension du camp, créé en 1902.
Beaucoup d'arbitrages internes aux armées puis au sein de la composante terre ont été nécessaires. Puis l'aval du politique. Ce dossier comportait également un volet diplomatique. Faire comprendre aux autorités émiratis la décision française et valoriser le nouveau régiment qui stationnera aux EAU, ainsi que le matériel dont il disposera. Qui sera-t-il ? C'est l'une des questions auxquelles le ministère de la défense devrait répondre rapidement ou prochainement.
Concernant la 13, il est probable que d'ici 2019, elle atteindra sa vitesse de croisière, soit 1100 personnels. Deux inconnues enfin : à qui le régiment légionnaire sera-t-il subordonné ? Quelle sera sa mission ? D'ores et déjà, un challenge en matière de recrutement s'annonce pour la Légion...

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944