Le visage de la mort

Ma fille, en pleurs, vient de m'annoncer la mort de l'un de ses copains, assassiné hier soir rue de Charonne, dans un restaurant il consommait. La douleur s'épaissit. Elle a un visage. Une forme. La douleur est ignoble ! 

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944