Camerone aux antipodes

© Camerone d'après Daniel Lordey, collection CM

A Nouméa, à 18 000 kms de la maison-mère (Aubagne), entourés de fidèles et des porte-drapeaux des amicales d’anciens combattants, les anciens légionnaires de Nouvelle-Calédonie se sont réunis en cette fin du mois d’avril 2022 pour honorer ceux de Camerone et de toutes les guerres auxquelles a participé la Légion étrangère. En présence du général Valéry Putz, commandant supérieur des forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) et chef de corps du 2ème Étranger (REI) entre 2014 et 2016.
Pas de compagnie tournante de la Légion étrangère pour commémorer le combat de Camerone cette année, mais la présence et l’activité de la petite mais active amicale des anciens légionnaires du territoire ont compensé les effectifs réduits. « Peu im
porte le nombre, pourvu qu’il y ait du cœur ! » rappelle un ancien képi blanc. « Et il y en a eu dans cette cérémonie sobre et simple. » Celle-ci s’est déroulée de nuit, devant le monument aux morts de Nouméa, sur la place Bir Hakeim, dont le nom évoque bien sûr les hauts faits du bataillon du Pacifique mais également évidemment de la 13e DBLE.
Conformément à l’exigence de la tradition, le texte du combat de Camerone a été intégralement récité par un jeune ancien. « Dans le ciel de Nouméa, portés par un accent qui rappelait l’engagement des étrangers au service de la France, ont résonné les mots du serment du Capitaine Danjou et les noms de ces hommes qui l’accomplirent jusqu’à l’extrême limite, et pour beaucoup jusqu’au sacrifice suprême » raconte un participant.
Ayant honoré dignement la mémoire de leurs anciens, les légionnaires calédoniens ont ensuite « chaleureusement » entretenu la cohésion de la Légion autour d’un repas. Le Boudin a ainsi retenti au milieu du Pacifique.

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944