Leur Camerone (2) : Alain Bouquin

Poursuite de la publication de la série Camerone (30 avril) et de la vision qu' ont de cette célébration, des anciens ou des militaires en service actif ; qu'ils soient légionnaires, officiers ayant servi ou servant à la Légion. J'ai, égalementsollicité des regards civils. Dont celui d'une jeune femme. Que nous découvrirons prochainement. 
Aujourd'hui, suivons le général Alain Bouquin (2 S) ancien commandant de la Légion étrangère (2009-2011).
"Je n’ai découvert Camerone à la « Maison-Mère » qu’en toute fin de carrière, comme général commandant la Légion étrangère.
Je croyais évidemment savoir ce qu’était cette fête, sa signification, son exigence, son contenu… Mais je ne mesurais pas l’ampleur qu’elle avait prise ici à Aubagne ; je n’imaginais pas la somme de préparatifs qu’elle pouvait nécessiter ; je n’avais pas idée de l’investissement collectif qu’elle représentait.
Et, je l’avoue, j’ai eu un gros doute dans les jours qui ont précédé : cette énergie vaut-elle la peine d’être dépensée ? En consacrant l’essentiel de nos forces à organiser une cérémonie, ne faisons-nous pas fausse route ? Ne nous détournons nous pas de notre mission principale ? N’est-il pas abusif de vouloir préparer des guerriers à combattre en leur demandant de concentrer leur attention sur du cérémonial, du commémoratif et du festif ? Plus grave : ne sommes-nous pas tourné vers le passé au lieu de nous projeter sur l’avenir ?...
Cinq minutes après la fin de la prise d’armes, toutes ces interrogations avaient été balayées ! Oui, Camerone mérite l’énergie qu’on lui consacre. Camerone donne du sens, de la fierté, de l’esprit de corps. Camerone nourrit notre savoir-être collectif. Camerone nous donne des raisons de croire en notre avenir. Camerone nous donne des références et des bases solides pour nos missions à venir. Camerone nous rend plus forts, plus soudés, plus riches. A travers sa « liturgie » propre, Camerone nous ancre dans du sacré, du transcendant. Camerone nous fait comprendre que notre engagement est au service de réalités qui nous dépassent tous, et que ces réalités, la nation, la patrie, notre communauté légionnaire, peuvent justifier des sacrifices.
Et mieux encore, Camerone nous permet, l’espace d’une prise d’armes, de faire communier à ces valeurs légionnaires, tous nos invités, amis et spectateurs…
C’est tout cela ; « l’utilité » de Camerone : un ressourcement annuel, pour redonner à tous l’élan qui permettra de faire face avec honneur et fidélité aux mille soucis du quotidien, comme aux missions opérationnelles les plus exigeantes.
Camerone est, très simplement, le symbole le plus achevé et le plus visible d’un besoin existentiel de la Légion : constituer une force combattante cohérente à partir d’hommes que rien ne prédisposait à vivre ensemble…"


Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944