Délégation polynésienne à Bakou, opinions et déclarations à Papeete

 

Moetai Brotherson, président de la Polynésir @Radio1
Face aux actions hybrides de déstabilisation menées par Bakou en Nouvelle-Calédonie et Polynésie, le président de l’exécutif polynésien, Moetai Brotherson (Tavini Huiraatira, indépendantiste)* est revenu sur le séjour en Azerbaïdjan, la semaine dernière, d’une délégation polynésienne de huit membres (voir post d’hier) précisant que celle-ci « est partie au titre du Tavini et non de la Polynésie ». Justement, le président fondateur du parti, Oscar Temaru était présent à ce point presse à la présidence du gouvernement à Papeete, destiné à présenter le gouvernement Brotherson 2. Pour lui, « les médias occidentaux fabriquent ce qu’ils veulent, quand il s’agit d’un pays avec lequel il ne sont pas très en phase... »

Indépendance de la Polynésie
Moetai Brotherson a choisi de rappeler qu’il faut « parfois forcer un peu le trait pour que l’Etat tende l’oreille. Je pense que l’Etat devrait déjà être venu autour de la table » des discussions au sujet de l’accession à l’indépendance, 
« depuis très longtemps ».
Hier, la radio polynésienne Radio1 rappelait que « lors de la visite de la semaine dernière, les médias locaux (tous soumis à la censure du gouvernement, l’Azerbaïdjan étant classé 164e sur 180 pays sur l’échelle de la liberté de la presse) rapportent que le secrétaire général du Tavini, Vito Maamaatuaiahutapu avait déclaré lors d’une conférence que "la France veut poursuivre les essais nucléaires sur le territoire" 
» .
* Moetai Brotherson a été de 2017 à 2023, député de Polynésie à l’assemblée nationale. En 2022, il a été réélu sous l’étiquette NUPES. Il a quitté ses fonctions au parlement national lorsqu’il a été élu à l’assemblée à Papeete.

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944