La crèche du GRLE


©HW

C’est un fait établi et reconnu, le légionnaire est un bâtisseur. Il peut aussi être créateur. La tradition de Noël le pousse, ainsi, à l’automne et dans chacun des 11 régiments, à mettre en scène une histoire de képi (s) blancs (s) dont la dernière page s’écrit avec la crèche. Une allégorie créée sans trop de moyens : contreplaqué, polystyrène, placoplâtre, bois, peinture, récupération… ainsi que du courage, de l'endurance et une bonne dose de volonté.
Hier soir, était inaugurée par le général Alain Lardet, commandant l’institution, celle du Groupement de recrutement de la Légion étrangère au fort de Nogent (94). Elle nous ramène au cœur de l’hiver 1954. En cet hiver polaire en France, trois hommes souscrivent un engagement : un Polonais devenu mineur dans la Nord, un Italien qui a perdu son épouse, un Français qui a signé plutôt que d’avoir affaire à la justice à Alger. Ces trois légionnaires se retrouvent 8 ans plus tard, fin décembre, au fort de Nogent lors de l’installation des premiers éléments de la Légion étrangère. Trois légionnaires contemporains se transforment même en acteurs pour crédibiliser le scénario. Impressionnant !

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944