Affaire Benalla. Comment a-t-on pu laisser un homme inexpérimenté qui se rêvait cow-boy devenir shérif ?

Ce n'est pas l'escalier social cher aux militaires mais l'ascenseur social version ultrafast. Passer de brigadier à lieutenant-colonel dans la réserve opérationnelle de la gendarmerie à l'âge de 27 ans. Alexandre Benalla a été, pour cela, rattaché au corps technique et administratif "ne pouvant progresser dans le corps des officiers sans passer par le parcours normal qui impose des périodes, des examens, et des années d'ancienneté" explique L'Essor de la gendarmerie. Même si cette pratique existe, elle interpelle dans le cas de ce jeune homme. D'autant qu'elle ne serait utilisée que pour recruter "des experts, des spécialistes (...) Le grade attribué au réserviste est en fonction de ses qualifications". 
Vu l'âge de M. Benalla et son expérience limitée et circonscrite, sa promotion rappelle des pratiques "du vieux monde" battues en brèche par le candidat Emmanuel Macron puis par le président de la République qu'il est devenu. 
Le comportement de M. Benalla le 1er mai à Paris connu de l'Elysée, il aurait été réellement ou virtuellement suspendu de ses fonctions tout en continuant, semble-t-il, à les assumer en pleine lumière. Et même, rappellent les "vrais" gendarmes à "à se prendre la tête avec eux" à Roissy lors de l'arrivée de l'équipe de France de football, lundi dernier. 
Depuis que l'affaire est sur la place publique, le chef de l'Etat n'a pas bougé. Cette absence de communication est inquiétante et contribue à vriller l'exécutif. Comment a-t-on pu laisser un homme manquant de formation, d'expérience, de discernement, qui se rêvait cow-boy devenir shérif ? 

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944