Et le Lusitania sombra...



Crédit : rmslusitania.fr

 Au-dessus de lui, le capitaine du sous-marin allemand aperçoit un paquebot britannique à quatre cheminées. Un navire capable de traverser l’Atlantique en moins de cinq jours. Mis à l’eau il y a six ans. Nous sommes le 7 mai 1915. L’officier allemand du U20 a déjà coulé de nombreux bateaux. Mais il ne dispose que d’une torpille de faible puissance. Quels dégâts causera-t-elle ? Elle est lancée et touche son but. L’officier est tout à coup surpris. Une deuxième explosion retentit. Celle-ci est beaucoup plus violente. Le RMS Lusitania sombre en un quart d’heure. Toutes les chaloupes ne peuvent être mises à la mer par l’équipage. Sur 1959 passagers qui avaient pris place sur le paquebot à New York à destination de Liverpool, 1198 disparaissent au large de l’Irlande. Son armateur vantait le "plus grand et plus rapide paquebot du monde" pouvant atteindre les 21 nœuds.
Les enquêteurs établiront rapidement que le Lusitania avait embarqué des munitions à destination des troupes britanniques qui se battent sur le front. Une cargaison secrète composée notamment de 4200 cartouches de fusil, d’explosifs... Ce drame, présenté par le gouvernement des États-Unis comme "un crime de guerre", va devenir un "argument majeur dans la mobilisation américaine contre l'Allemagne" explique André Larané, fondateur du site Herodote.net

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944