Les armistices de 1918


Au premier rang, le maréchal Foch est légèrement avancé et s'appuie sur une canne. Autour de lui, les vainqueurs ont pris place devant ce wagon pour une photo réalisée à l'issue de la signature de l'armistice entre les Alliés et l'Allemagne. Nous sommes le 11 novembre 1918 en forêt de Compiègne, dans la clairière de Rethondes. Le cessez-le-feu, effectif à 11h met fin à cinquante deux mois de guerre. Cet armistice aura été précédé de trois autres et ne sera pas le dernier.
Le 29 septembre, à Salonique, la Bulgarie a, en effet signé le premier avec les Alliés conduits par le général Franchet d'Esperey. Sofia cesse les hostilités et retire ses troupes de Grèce et de Serbie.
Le 30 octobre à Moudros (Grèce), l'Empire ottoman conclue un armistice avec les Britanniques qui représentent les Alliés. Les forces alliées peuvent occuper les détroits et certaines régions turques.
Le 3 novembre à Padoue, l'Autriche-Hongrie capitule et accepte un armistice avec l'Italie. Vienne se retire du conflit sans concertation avec son allié allemand.
Enfin, le 13 novembre, à Belgrade Français et Serbes signent un armistice avec le gouvernement hongrois, qui signifie la désagrégation de l'Empire austro-hongrois. 

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944