De miss Provence aux "bons Français"

 

Les réseaux sociaux sont actuellement agités par un infatigable et exalté antisémitisme parce qu’une candidate au concours de Miss France, April Benayoum représentant la Provence, a samedi, expliqué que sa mère « est serbe-croate » et son père « israélien-italien ». Les Balkans et la patrie de Dante ne sont pas concernés. Un seul mot a mis en transe ces esprits frappeurs : « israélien ». Ces Israéliens qui, utile précision dans ce contexte, ne se reconnaissent pas tous en Benjamin Netanyahou. Mais au-delà du fait contemporain, perdurent des comportements attestés par l’histoire. En cette fin 2020, l’anonymat du Web remplace les lettres de dénonciation de juifs, de francs-maçons ou de résistants pendant l’occupation allemande. Le pseudo a remplacé la signature d’un « Bon (ne) Français (e). » Quels que soient ces acteurs masqués, les réflexes restent. Et la lâcheté, identique !

Posts les plus consultés de ce blog

Nickel «  La métallurgie calédonienne est au bord du précipice » estime Alain Jeannin

Les futurs chefs de corps de la Légion

Pour Benjamin Massieu « Kieffer a ouvert une nouvelle page » le 6 juin 1944